ESA signature
Thomas Pesquet

Thomas commence à s’entraîner pour une deuxième mission spatiale

L’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet a préparé ses bagages pour Houston, aux États-Unis, et à la fin de ce mois, il commencera son entraînement pour la prochaine mission de l’ESA à la Station spatiale internationale.

L’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet a préparé ses bagages pour Houston, aux États-Unis, et à la fin de ce mois, il commencera son entraînement pour la prochaine mission de l’ESA à la Station spatiale internationale.

Bien que la date exacte de la mission de Thomas reste à confirmer, il sera le premier astronaute européen à voyager à bord d’un véhicule d’équipage commercial américain et devrait être lancé au cours du second semestre 2021.

Thomas volera à bord d’un vaisseau spatial SpaceX ou Boeing, qui sont tous les deux en phase de test du développement, et suivra de près le décollage des premiers astronautes de la NASA – Bob Behnken et Doug Hurley – à bord d’un véhicule SpaceX Crew Dragon cette année.

 

Thomas Pesquet s’entraîne pour sa mission Proxima avec l’instructrice Kimberlee Jadwick. NASA-R.Markowitz

 

La première phase de la formation

Les premières étapes de l’entraînement à la mission de Thomas sont conçues comme une révision. Une fois au Johnson Space Center de la NASA à Houston, il sera évalué sur sa connaissance des systèmes et des opérations de la station, ce qui permettra aux formateurs d’adapter son programme de formation.

Thomas se familiarisera également avec sa combinaison spatiale, qu’il vérifiera avant de la tester dans la piscine Neutral Buoyancy Laboratory (NBL) de la NASA, utilisée pour l’entraînement aux sorties dans l’espace.

Thomas se familiarise avec I’opération du Canadarm2 avec Lionel Ferra, entraîneur d’astronautes de l’ESA, à l’EAC. ESA-D.Ham.

Une fois qu’il saura sur quel vaisseau spatial Thomas volera et que la date de lancement aura été fixée, il commencera à s’entraîner pour ce vaisseau.

 

Thomas Pesquet à l’extérieur de la station spatiale internationale lors d’une sortie dans l’espace. ESA/NASA

 

Poursuivre sur sa lancée

Cette mission sera la deuxième pour Thomas, membre de la classe d’astronautes de l’ESA de 2009, qui s’est rendu pour la première fois à la station pour une mission de six mois en 2016.

Au cours de sa première mission, appelée Proxima, Thomas a réalisé une cinquantaine d’expériences scientifiques pour l’ESA et l’agence spatiale française CNES. Il a également pris part à de nombreuses activités de recherche pour les autres partenaires de la station et a mis l’accent sur l’éducation et l’inspiration en partageant son voyage avec les jeunes à travers toute l’Europe.

Thomas range des échantillons dans le MELFI – « Minus Eighty-degree Laboratory Freezer for ISS » pendant Proxima. ESA/NASA.

 

Cette fois-ci, Thomas aura un objectif similaire et un programme chargé consacré à la science. Il prévoit de profiter au maximum de son séjour sur l’avant-poste orbital de la Terre en emmenant l’Europe avec lui.