JOURNAL DE BORD : 9ÈME ARTICLE

Réalisé en collaboration avec le Parisien Magazine / Aujourd’hui-en-France Magazine

Exercise in the ISS

Cela fait pile quatre mois que je me suis envolé pour la Station spatiale internationale (ISS). Et franchement, même si l’excitation des débuts n’est plus vraiment là, je suis toujours aussi heureux dans mon cocon flottant. Il faut dire qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer là-haut. En ce moment, on bosse à plein régime! Je pense que cela ne va pas changer jusqu’à mon retour, prévu début juin. Heureusement, nous avons le sport pour décompresser, pour nous vider la tête. Psychologiquement, c’est important. Physiquement, ça l’est encore plus. C’est obligatoire, même. Flotter, c’est agréable, mais cela n’est pas sans conséquences sur le corps humain. Comme il n’est pas nécessaire de faire le moindre effort physique en impesanteur, les muscles et les os des astronautes s’atrophient très rapidement à bord de l’ISS. Faire du sport est donc essentiel pour garder une masse musculaire suffisante… et pouvoir ainsi tenir debout une fois de retour sur Terre. Résultat, nous devons consacrer deux heures et demie par jour à l’exercice. Si l’on a mal au dos, ou si l’on a trop de travail, c’est possible d’annuler de temps en temps, mais il faut le faire le moins possible. Alors c’est sûr, mieux vaut être sportif pour endurer un tel rythme. Je n’ai jamais été un athlète de haut niveau, mais j’ai toujours consacré une grande partie de mon temps à entretenir mon corps. En primaire et au collège, j’alternais natation, judo et basket-ball. Pendant mes études supérieures, j’ai ajouté à cela le rugby et le squash. En tout, je devais faire de neuf à dix heures de sport par semaine.

Lors du concours de sélection des astronautes, en 2009, cela a été un vrai atout pour moi. Car, même si flotter à l’intérieur de la station ne nous demande pas beaucoup d’efforts, certaines étapes de notre voyage exigent d’être affûté physiquement. L’exemple le plus parlant, c’est la sortie extravéhiculaire que j’ai effectuée en janvier. Evoluer dans l’espace pendant plusieurs heures, engoncé dans un scaphandre très lourd qui pèse sur nos muscles dorsaux, c’est comme faire de l’escalade avec une armure. Forcément, tout le monde ne peut pas y arriver. Et puis le sport m’a donné des valeurs essentielles pour le bon déroulement de ma mission à bord. Grâce à lui, j’ai appris à évoluer en groupe, à gagner et à perdre, à être un leader ou, au contraire, à savoir exécuter des ordres sans rechigner. Ce sont des qualités importantes pour nous, astronautes.

Shane Kimbrough

Dans l’ISS, nous disposons de trois modules différents pour nous entretenir. Il y a d’abord un tapis roulant, auquel je m’accroche avec des élastiques grâce à un harnais que je porte sur le dos. Puis je règle la force qu’exerce la sangle qui me « tire » vers le sol et je commence à courir. Le deuxième module est une sorte de vélo d’appartement. Il ressemble à celui que vous avez chez vous, à la différence près que je dois attacher mes pieds aux pédales et que je n’ai pas de selle. A quoi servirait-elle étant donné qu’en impesanteur, je ne pourrais pas m’en servir pour m’asseoir ? La troisième machine, destinée à la musculation, s’appelle Ared, pour Advanced Resistive Exercise Device. C’est un équipement de pointe qui, en exerçant sur notre corps une forte résistance similaire à la gravité, nous permet de faire des squats (des flexions des jambes, NDLR), des développés/ couchés, de travailler nos biceps, nos triceps et nos abdominaux. Ared est de loin mon module préféré. Pas parce que je suis un grand fan de gonflette, mais parce que la machine est placée devant la Coupola, cette fenêtre depuis laquelle on peut observer la Terre.

Cupola looking down

Il n’y a pas beaucoup de salles de gym avec une telle vue! Alors même si ces efforts physiques sont intenses, je n’ai vraiment pas envie de me plaindre. La seule chose un peu gênante, c’est la transpiration. Sur Terre, elle tombe au sol quand on fait un effort. Dans l’espace, elle reste accrochée à nous et forme une pellicule qui nous fait vite suffoquer si l’on ne s’essuie pas. Quand j’y pense, j’ai quand même hâte de revenir pour faire un footing dans la forêt et respirer de l’air frais.

Comments

30 commentaires

  • Tracy dit :

    Merci de partager vos moments dans l’espace ça fait rêver

  • Mancipoz Arielle dit :

    Aucune salle de sport au monde ne propose cette vue que tu peux admirer de la Coupola…
    Merci pour les détails, les explications, tu nous rends des comptes et c est la 1ère fois qu une mission spatiale est ainsi mise à nue, partagée par tous, presque comme si nous y étions…. Pour tout cela merci infiniment Thomas…
    Tu réalises mon rêve et quelque part j y participe un peu, comme beaucoup d autres d ailleurs….
    Je vois que ton enthousiasme est toujours intact… Je te souhaite une bonne continuation et tout plein de bonnes choses tout là haut par delà les nuages….
    Tu es notre Petit Prince à nous…
    Merci merci merci et gros bisous
    Arielle

  • BELLEIL Richard dit :

    Merci Thomas pour ta détermination.
    Source d’inspiration pour beaucoup de jeunes et de moins jeunes…

    • Merci Thomas, de nous faire partager ta vie dans l’ISS, c’est passionnant, même à 70 ans, je reste et resterais une passionnée de l’Espace.
      Merci également, pour tes photos qui nous permettent de voir vraiment les parcelles de notre Terre, d’en haut et détaillées malgré tout.
      Je fais passer ces photos, pour enrichir les adhérents de ma page LYON. Ville de culture : les retours sont enthousiastes. MERCI.
      Bon séjour et profites bien de cette situation exceptionnelle et magique.

  • Claude Augustin dit :

    Thomas merci pour ces detailles toujours aussi passionnant, bonne remise en forme. J’espère que vous étiez sur Ared dans la Coupola avec l’appareil photo car vous venez de passer au dessus de Rodrigues par un beau soleil et quelques cumulus. Bon pour me motiver à faire mes exercises je vais devoir fabriquer une coupola avec des photos en vidéo. Photos prises de l’ISS, ca serait top! Une idée à creuser? Bon dimanche
    Rendez vous jeudi 30 à 04:53.Que ne ferait on pas pour voir passer notre prince de l’espace!

  • ProximaNath dit :

    Merci encore pour tout Thomas!! On a besoin de toi la-haut, comme sur Terre.

    Penses a toute cette beaute que tu peux contempler. Tu es notre hero et un exemple pour nous tous.

    Il y aura l’espace avant toi et apres toi Thomas.

    Tu as ouvert les yeux a toute une generation et les Portes du possible a l’Humanite.

    Gardes-toi en super forme surtout.
    Et felicitations pour ta deuxieme sortie!!! Tu es vraiment epoustouflant.

    ProximaNath
    #Bordeaux

  • Pastelle dit :

    Je pense qu’avec une telle vue, beaucoup de nous deviendraient de grands sportifs. Et des photographes.
    Merci pour tous ces détails vraiment intéressants, en plus des photos de la terre bien sûr…

  • Thibault penas dit :

    Bonjour
    Je m’appelle Thibault, j’ai 8 ans.
    Est-ce que c’est confortable de dormir dans l’espace ?

  • Tine dit :

    Bien agréable de vous lire, avec un petit sourire qui se dessine en imaginant (autant que possible) cette vie et expérience dans cet ailleurs qui fait rêver le commun des mortels depuis la nuit des temps. Ce cours sur comment entrenir son physique, les conditions, les installations, c’est très intéressant.. Merci de partager avec nous autres ici en bas. Je vous écris depuis Nice (port de Nice). J’ai adoré voir notre ville photographiée de si loin. Merci aussi pour ce cadeau

  • Chojnacki dit :

    Bonjour et merci pour toutes ces explications. Cela me permet de parler de physique plus concrètement avec mes élèves. Si dans l’ISS on est en impesanteur, durant les sorties dans l’espace aussi ! Alors pourquoi cette phrase « Évoluer dans l’espace pendant plusieurs heures, engoncé dans un scaphandre très lourd qui pèse sur nos muscles dorsaux ». Si on est en impesanteur on ne doit pas ressentir le « poids du scaphandre ». Il y a une étape ( ou plus!) dans le raisonnement … Merci de me donner des explications supplémentaires.

    • Dorian P. dit :

      Certainement à cause de l’inertie de la combinaison de plus de 200kg qui est la même que sur Terre. Donc si on pousse fort pour se déplacer, il faudra pousser d’autant plus fort pour se stopper.
      J’espère que cette explication est vraie et compréhensible

  • Frédéric dit :

    Tout le monde ne transpire pas devant un tel panorama. J’ai déjà couru dans de jolis décors. Mais là c’est vertigineux.
    Avez-vous prévu une tournée dans les établissements scolaires à votre retour?
    Cela pourrait être utile pour motiver nos jeunes et leur expliquer votre envie, votre motivation

  • Petyt laurence dit :

    Merci Thomas pour toutes ces explications. Bon courage à toi.

  • Claude BERNARD dit :

    Thomas, cet article sur la nécessité d’une pratique sportive en impesanteur est très intéressant, mais il n’y a pas que dans l’espace que c’est utile.
    La plupart d’entre nous (moi le premier) est trop sédentaire sur le plancher des vaches.
    Et félicitation pour ta 2ème sortie, que j’ai suivi avec grand intérêt, même s’il est très difficile de s’imaginer ce que l’on peut ressentir vu d’ici-bas. A bientôt, la suite au prochain épisode …

  • Jihane MAHMOUDI dit :

    J adore te lire …. bravo

  • BATAILLE dit :

    Hello Thomas,
    En admiration totale je te suis à plusieurs endroits tout ce que je peux engranger pour m’instruire sur votre mission je lis . Je porte un intérêt particulier pour ce que vous faites et je transmets à mes proches ou je montre.
    Merci pour la découverte de la pratique du sport dans l’ISS et waouh ! la vue est superbe.
    Pour te ressourcer au retour je te conseille la belle Haute Loire où je vis qui est une superbe région à découvrir où tu peux t’éclater pour le sport et loisirs et j’aurais peut-être l’mmense joie de te croiser…

  • Toufic esber pietri dit :

    Beautiful

  • Blondel Julien dit :

    Bonjour Thomas, nous sommes tous très fier de ta présence et ton travail là haut. Tu représentes avec parfait la France. On aimerait tous être là haut mais il est vrai qu’à long terme, être enfermé ne doit être marrant. Énormément de monde suit l’évolution des équipes.

    Bon courage pour la suite et félicitations pour ta seconde Eva.

  • Estelle Ogier dit :

    Merci Thomas Pesquet pour votre acharnement et votre ténacité ! Et votre sens du partage !

  • Adam MEUNIER dit :

    bonjour Thomas,j’ai 11 ans,je suis très impressionné par tout ce que tu fais dans l’espace,mon rêve est d’être à ta place.Bonne continuation!!! : )

  • Adam MEUNIER dit :

    Bonjour Thomas,j’ai 11 ans,je suis très impressionné par tout ce que tu fait dans l’espace,mon rêve est d’être à ta place.Bonne continuations!!! : )

  • Herby dit :

    Un grand MERCI Thomas pour toutes les photos et articles que vous avez la gentillesse de partager avec nous terriens. Grace à vous, mon fils et moi même avons l’impression de flotter avec vous dans l’ISS. Je vous souhaite une bonne fin de mission, déjà 4 mois que vous tournez autour de nous, le temps passe vite !

  • Farah dit :

    Wonderful details Thomas. Really a mn amazing experience. Keep up the good work.

  • Cécile dit :

    Bonjour Thomas, Je me suis toujours demandé, n’avez-vous pas des petits moment de claustrophobie trop importants ? Le fait de savoir que quoi qu’il arrive, on ne peut pas sortir à l’air libre…ça me ferait paniquer au bout d’un certain temps !

  • Poulain dit :

    Merci Thomas de prendre la photo de mon îles Raiatea Tahaa vu de l’espace très contente encore un grand merci tous les polynésiens sont de cœur avec vous

  • Emmanuelle dit :

    Message de mes élèves de TPS-PS-GS pour Thomas Pesquet :

    « Bonjour Thomas Pesquet ! Merci pour les vidéos de l’espace! C’est génial!
    Pouvez-vous prendre une photo de Pilou, notre mascotte de classe dans la station spatiale internationale ? Pilou fait le tour du monde cette année et il nous ramène des photos de tous les pays qu’il a visités.
    S’il va dans l’espace, c’est fantastique! !

    Nous sommes les élèves de Mme Sartre, de l’école maternelle Montvert à Trois-Bassins, à l’île de la Réunion.
    A bientôt! »

    Voilà avec leurs mots d’enfants le rêve de mes petits élèves! Si jamais c’est possible, nous vous enverrons la photo de notre petite mascotte.

    Merci d’apporter du rêve aux plus petits et aux plus grands…

  • Frédéric NAZON dit :

    Bonjour,
    Super, de nous faire partagé votre expérience, soufrant d’une malformation, je sais que je ne pourrais pas vivre sans l’apesanteur ! je pense que sans une solution meilleur, que les appareilles décrit si dessus; il sera difficile d’envisager une vie autre que sur notre belle terre. Merci

  • Sherwin A. Hidalgo dit :

    Another awesome article from our friend Thomas. While reading, i feel like being in space too. God’s blessings.

  • Amina MOREAU-MAANDHUI dit :

    Bonjour Thomas,

    professeur de physique à Mayotte, mes élèves seraient ravi d’échanger avec vous sur votre expérience à bord de la station. Ils travaillent sur un blog, « vivre ailleurs que sur Terre ». Serait-il possible de leur consacrer un peu de temps en visio ou via facebook?
    Merci de votre réponse.

  • Amina MOREAU-MAANDHUI dit :

    Bonjour Thomas,
    Professeur de physique à Mayotte, mes élèves seraient ravi d’échanger avec vous sur votre expérience à bord de la station. Ils travaillent sur un blog, « vivre ailleurs que sur Terre ». Serait-il possible de leur consacrer un peu de temps en visio ou via facebook ?
    Merci de votre réponse.

Répondre à Chojnacki Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.